Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2018

Dernières expo à Bali

 dernière visite aux musées de Bali : voir aussi peintres de Bali et le dali de Bali .

Je retiens « le rouet » du peintre Lee Man Fung, 1970, montrant une jeune balinaise filant. Elle porte sarong et ses deux seins sont nus, à la manière traditionnelle. Ils sont pommés et surmontent des hanches affinées par la large ceinture de tissu serré. Ce vêtement, ce port redressé, donne à cette jeune fille une grâce que son œil velouté et la queue de sa chevelure noire renforcent. Elle est prête à séduire. Elle file la vie comme l’amour, tissant le lien qui va vous enserrer. La roue, dans le symbolisme hindou, est la vie qui va et qui tourne.

   

bali.JPGUne autre fille, peinte par Alimin en 1979 est dite « qui se repose ». Poitrine nue elle aussi, en sarong rose, elle est couchée sur le flanc gauche et offre sa chair sensuelle aux regards. Le doigt frôlant ses lèvres appelle le baiser tandis que la fleur, gisant sur la natte devant elle, appelle la cueillette. Dullah, en 1977, a peint « miss Sasih ». Ce portrait de profil est d’une femme dont le nom se traduit par « lune », image de la parfaite beauté dans la culture indienne. Des fleurs de frangipanier plantées au sommet de sa longue chevelure décorent ses tresses qui tombent, lourdes, sombres, luisantes, et suggèrent leur parfum.

Enfin ce célébrissime double portrait d’un jeune homme et d’une jeune fille en costume des îles, reproduit un peu partout pour le tourisme. Nous voyons ici l’original, la peinture à l’huile 1975 d’Abdul Aziz, mort en 2002. Le garçon, sur un panneau d’une porte double, penche son corps jeune et parfait pour regarder la fille, nonchalamment adossée à la cloison, sur l’autre panneau de la porte, en attente, le corps aussi parfait, offert et l’œil rêveur. Ce tableau est planté au mur comme s’il était statique et c’est dommage ; sur deux panneaux de porte pour lesquels cette œuvre est prévue, toute ouverture créerait aussitôt le mouvement, mettant en valeur la grâce physique du désir dont ils sont traversés.

Des explorations cubistes ou expressionnistes ont été tentées par I Nyoman Tusan et I Made Sumadisaya. Le 5ème pavillon rassemble une série de styles divers inspirés de l’Occident. Roger San Miguel, en 1996, a peint « un songe d’une nuit d’été à Bali », sorte de paradis mythique où des jeunes femmes à peu près nues s’ébattent et s’amusent gaiement dans une nature luxuriante. Le jeune berger Rajapala joue de la flûte, dans un coin du tableau. Il est trop jeune pour être encore attiré par les nymphes, il n’est pas une menace. Nous sommes encore aux temps de l’innocence.

Quoique, si l’on en juge par ce que certaines profs disent de « l’élève Roberto », 11 ans, on peut se poser la question. Le message induit par cette peinture qui ignore les turpitudes collégiennes de nos contrées est que, dès que surgira la puberté, adieu paradis ! La prédation, la violence, le pouvoir, asserviront les femmes comme la nature, pour le malheur des humains. Comme si les femmes n’avaient pas elles-mêmes de désir.