Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2014

L’indonésienne profusion végétale

 Vegetation is rich in the Indonesian archipelago. Volcanic earth, sun warm and monsoon rains are feeding fruits, flowers and trees in Paradise abundance. Vegetation life gives your mind a sort of optimism, a paramount sentiment. You are eager to admire the strength of trees, the graciousness of bamboo, to smell flowers and be pleased by their fragility and colours, to devour fruits and to soak up their juice.

indonesie.png Des fruits, des fleurs, des arbres vigoureux, la végétation pousse et s’épanouit à Bali comme à Java, aux Célèbes et dans les îles. La terre volcanique est riche en minéraux, la pluie abondante et l’humidité marine autour de l’archipel alimentent les plantes. Plus de 42 000 espèces végétales y naissent, dont 20 000 orchidées différentes qui occupent toute une commission d’Anglais de la British Horticultural Society, fondant d’émotion devant une fleur plus que devant un être humain (pas de gêne sociale pour les fleurs).

   Les forêts sont plus ou moins étendues selon les îles, plus ou moins touchées par le grand incendie de 1997 aussi. Java très peuplée, et depuis longtemps, ne compte que 10% de sa surface en forêts, tandis que Sumatra en compte 40% et Kalimantan près de 60%.

 Ces forêts ont des formes diverses, pluviale, de conifères, de mousson, jusqu’aux exploitations de tek à l'est de Java. Sur les côtes des Célèbes (Sulawesi) et de Sumatra, la mangrove agrandit les terres émergées. Sur les îles proches de l'Australie règne la savane. En Nouvelle-Guinée, une zone alpine depuis 3 000 m jusqu’à la limite des neiges éternelles ressemble à celle d'Europe.

 Les arbres les plus souvent rencontrés sont le palissandre, le camphrier, le marronnier, le tek, le banyan, la casuarina, l'ashoka, le frangipanier, le caroubier, le tulipier, toutes sortes de bambous et de bananiers et les fougères arborescentes. Ce qui, en nos contrées, se trouve en pots d’appartement chez les fleuristes pousse ici à l’état naturel pour une race de géants

 Les montagnes javanaises sont couvertes de pins, de lauriers, de myrte odorant et d’une espèce locale d'edelweiss qui laisse pantois les Suisses. Les fleurs des vallées sont surtout des cytises, jasmin, rhododendron, hortensia, eucalyptus, bougainvillée, hibiscus et bien d'autres.

 C’est en Indonésie, à Sumatra, que l’on rencontre la plus grande fleur du monde, Rafflesia arnoldii, d’un mètre de diamètre et d’un poids de 7 kg ! Sans feuilles ni racines, elle parasite la liane Cissus et pousse sur elle. Le promeneur peut trouver aussi d'innombrables plantes carnivores, mais il faut marcher pour cela, ne pas se contenter des bus.

foret.png Les plantes cultivées sont nombreuses, riz, caoutchouc, girofle, cannelle, poivre, muscade, café, cacao, gingembre, vanille, soja, igname, tabac, manioc, maïs, piment, cajou, arachide, canne à sucre. Tout comme les fruits innombrables, appétissants et

 Cette vivacité végétale, cette vigueur tranquille, vous rend optimiste par contagion. Est-ce le secret de l’immortalité ? S’il est un lieu au Paradis terrestre, il se situe en Asie et, très probablement dans cette Indonésie florissante et viride, comme Rimbaud (qui séjourna à Java) le disait des tiges du pois. Abreuvée et bien nourrie, chauffée comme il se doit, la nature végétale prend ici tout son essor !

 

21:25 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

10/10/2014

La compréhension des changements climatiques -1

 «Il existe des preuves nouvelles et solides montrant que le réchauffement observé sur les 50 dernières années peut en grande partie être attribué aux activités humaines.» Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

 «La plupart des gens sur Terre subiront des effets négatifs.» James J. McCarthy, Université de Harvard, Coprésident 2001 Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

 

Au cours du siècle dernier, on a observé une hausse de 0,6°C de la température moyenne sur Terre, et ce réchauffement semble s'accentuer rapidement. Le XXe siècle a été le plus chaud du millénaire. Les années 1980 ont constitué la décennie la plus chaude des annales – jusqu'aux années 1990, qui sont maintenant les plus chaudes. Cette tendance se poursuit au XXIe siècle dont certaines années figurent parmi les plus chaudes jamais enregistrées.

 La plupart des scientifiques s'entendent sur le fait que les activités humaines ont une grande incidence sur ce réchauffement, en particulier la hausse des températures moyennes du globe observée depuis le milieu du XXe siècle. C'est la conclusion du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), un organisme international composé de centaines des meilleurs scientifiques du monde dans le domaine du climat. Le GIEC prévoit que les températures moyennes du globe continueront d'augmenter de 1,4°C, et cette hausse pourrait atteindre 5,8°C au cours du siècle actuel.

  Une hausse de la température moyenne du globe perturbera de plus en plus les conditions météorologiques au Canada et dans le monde entier. Plus la température augmentera, plus il est probable que d'autres changements bouleverseront le climat.

 

Que sont les changements climatiques ?

   Lorsqu'on parle du climat, on parle de conditions météorologiques habituelles auxquelles on peut s'attendre dans un lieu ou une région d'une saison à l'autre, d'une année à l'autre, et même d'une décennie ou d'un siècle à l'autre.

   Le changement climatique est une expression utilisée pour décrire une variation du climat dans une région particulière ou même à l'échelle planétaire d'une période à une autre. C'est la situation qui règne à l'heure actuelle. De plus en plus, les conditions météorologiques – le volume et la fréquence des précipitations, les variations de températures au cours de l'année, par exemple – ne sont plus celles qu'on pourrait prévoir en se reportant aux annales des siècles précédents et des périodes antérieures.

 Les températures plus élevées entraînent un plus grand taux d'évaporation et de précipitation, des vagues de chaleur plus fréquentes et des coups de froid moins nombreux. En outre, elles procurent en général davantage d'énergie pour les tempêtes et autres conditions météorologiques exceptionnelles. Par conséquent, à mesure que la Terre se réchauffe, les experts s'attendent, par exemple, à ce que la fréquence des précipitations très intenses et inhabituelles augmente et à ce que des inondations se produisent à certains endroits. De plus grandes périodes de sécheresse pourraient toucher d'autres endroits. Le nombre de tornades, la fréquence des orages et des vents violents ainsi que la grêle qui les accompagnent pourraient également augmenter dans certaines régions.

  

Comment peut-on reconnaître le climat des années antérieures ?

   Les registres actuels des températures ne remontent qu'à 1860 environ. Toutefois, en étudiant les carottes de sédiments du fond des océans et des lacs, les anneaux des arbres, les carottes des glaciers et d'autres données, les scientifiques peuvent connaître l'évolution du climat au cours de milliers d'années. Se formant au fil de nombreuses années, des éléments tels que les couches de glace et les anneaux des arbres présentent certaines caractéristiques chimiques et physiques correspondant aux conditions qui régnaient à l'époque de leur formation.
En examinant ces caractéristiques et d'autres éléments, notamment les concentrations de différents gaz dans les bulles d'air emprisonnées dans les glaces, les scientifiques peuvent obtenir des indices sur le climat et l'atmosphère à différentes périodes du passé