Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2015

Manger indonésien - suite

 

Sumatra et la côte ouest autour de Padang en particulier ont probablement la cuisine la plus relevée de toute l'Indonésie. Il faut dire que ces îles volcaniques de l’archipel sont un paradis aux épices.

Partout des girofliers et des muscadiers poussent comme de la mauvaise herbe. Piments de diverses sortes, ail, sauce soja, noix de coco, cacahuètes moulues, gingembre et une douzaine d'autres précieuses épices agrémentent la cuisine. On est venu les chercher depuis l’Europe lors des Grandes Explorations. Epicé se dit « peda » ; les tables comportent presque toutes une bouteille de « sambal », pâte de piments parfumée à la crevette et mélangée à du jus de citron vert. Une cuiller à thé suffit à transformer les morceaux en braises. Le « nasi padang » est un riz spécialement épicé, et le « deng deng » un plat de viande imbibé de piment. Nombre de Français font la grimace et se ruent sur le riz blanc : una cocina latina !

 

  Les restaurants des plages proposent du thon fraîchement pêché, du barracuda, des steaks de requin, et un genre de sébaste appelé « snapper ». Je les préfère grillés, ce qui est bien meilleur que le graillonnement trop long dans une huile peu souvent remplacée. Crevettes géantes et homards sont les plus chers, d’autant que le prix est donné aux cent grammes, pas au kilo. Le poisson frais est la spécialité des Célèbes (Sulawesi) mais aussi les grillades flambées de buffle. La viande est posée sur des tuyaux de bambou et arrosée de tuak, cet alcool de palme au goût intermédiaire entre le rhum et le cidre, avant d’y mettre le feu.

Encore plus exotique est le tikus, un vulgaire rat des champs bien gras d’avoir boulotté le riz sur pied, voire le paniki, une chauve-souris végétarienne, qui ne mange nulle souris mais des fruits. A notre grand regret, nous n’avons pas goûté de ces mets raffinés : cucina barbara, mamma mia !

 

 

 

 

 

Les desserts se composent de fruits frais mangues, petites bananes roses ou dorées, fruits de la passion, mandarines, rambutan chevelu, anone, salak ou fruit serpent recouvert de dures écailles brunes, dourian vert qui dégage une odeur cadavérique mais dont le parfum de rose acide ravit le palais. Une préparation au fruit, le « gudeg », est la spécialité de Djodjakarta ; elle est composée du fruit du jaquier cuit dans du lait de coco. Les autres « crèmes » et « pâtisseries » sont du hollandais revu local et ne méritent nul éloge, sauf si vous avez très faim et que votre goût a été dénaturé au MacDo. Le pouding de riz noir est étrange à voir mais remplace avantageusement le porridge ou le gâteau de riz grand-mère. Il s’agit de riz noir cuit à l’eau et servi avec du lait de coco et du sucre de palme.

 

23:58 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

02/02/2015

Manger indonésien

 

Indonesian cooking is a mix of imports and traditions. Rice, fruits and fishes are plenty in the islands. Pigs and tea came from China and the use of sweets and pastry came from the colonial Dutch. Indonesian cooking is light and fresh, a very few meat but many vegetables and fruits, plenty of rice, grilled fish and grilled skewer chicken with a sate sauce.

 

Fruits, légumes et riz composent le principal de la cuisine indonésienne. Partout en Asie, un repas tourne autour du riz comme autour du pain dans les traditions de nos campagnes. Le plat national bien connu est le « nasi goreng », du riz frit légèrement relevé d'ail et de piments, mélangé à des légumes finement émincés et à un peu de viande finement hachée, de poulet ou de quelques crevettes et des oeufs. Le « nasi campur » est similaire mais le riz est cuit à l’eau, moins gras. Le « lontong » est du riz cuit à la vapeur et servi dans des feuilles de bananier. Le « bakmi goreng » vient de Chine, il est fait à base de nouilles de farine de riz frites au lieu de riz en grains. Le « gado gado » est un mélange de légumes cuits al dente avec une sauce aux cacahuètes, de la sauce soja, du piment et du sucre de palme. Tout ce qui est « soto » est soupe, sorte de ragoût dans lequel baigne un peu de tout. La « soto bandung » est le ragoût de tripes, le « à la mode de Caen » local. *Un plat similaire nous a été proposé non loin des palais du laos

 

Les amateurs de viande peuvent demander du « ayam goreng» , le poulet frit (attention : une recette mais en anglais !) . L’« ayam batutu » est une spécialité de Bali, du poulet farci grillé, servi avec des légumes, du tapioca et de la noix de coco. Le poulet se mange aussi en brochettes « saté », tout comme le poisson, le porc, et autres viandes. Les brochettes sont grillées sur la braise et servies avec une sauce aux cacahuètes ou au soja. La majorité des Indonésiens sont musulmans et ne mangent pas de porc. Seule Bali l'hindouiste autorise le cochon dans l’assiette. Le « babi guling » est un cochon de lait rôti à la broche, farci de piments émincés, d'ail, de gingembre et d'épices ; il occupe généralement la place d'honneur dans les banquets. Bali est une île environnée d’eaux poissonneuses et l’on s’y régale de langoustes et de pagres. Les étendues d’eau intérieures recèlent d’autres animaux bons à manger, comme ces grenouilles de rizières dont les cuisses sont énormes. Vue la taille de la grenouille de base, c’est une vraie cuisse de poulet. Le goût en est très différent et sidère Germains et Anglais qui s’y habituent mal : frogs’cooking !

à suivre ...

 

 

 

21/01/2015

Gaz à effet de serre

 

La vapeur d'eau est le gaz à effet de serre le plus courant. Toutefois, trois autres gaz ont une importance particulière pour les changements climatiques, car ils sont souvent produits par les activités humaines :

 

Le dioxyde de carbone (CO2) est relâché dans l'atmosphère par des processus naturels de la vie des végétaux et des animaux ainsi que par les activités humaines, principalement la combustion des combustibles fossiles et d'autres matériaux. Il est le principal responsable des changements climatiques et représente près des deux tiers des gaz à effet de serre produits par les activités humaines. La photosynthèse, le processus par lequel les plantes absorbent le CO2, permet d'éliminer le CO2 de l'atmosphère.

 

 

 

 

Le méthane (CH4) n'est pas aussi abondant que le CO2, mais est un gaz à effet de serre qui retient 21 fois plus efficacement la chaleur. Il est produit lorsqu'on brûle de la végétation ou lorsque celle-ci est digérée ou qu'elle pourrit dans un environnement sans oxygène, par exemple les sites d'enfouissement. Les marécages, les rizières, les processus digestifs des animaux et les déchets en décomposition constituent les plus importantes sources de CH4 dans notre atmosphère.

 

L'oxyde nitreux (N2O) est un élément naturel qui fait partie de l'environnement, mais dont les quantités augmentent en raison de l'activité humaine. L'oxyde nitreux est le plus souvent relâché lorsque des engrais chimiques et du fumier sont utilisés en agriculture.

 

 

 

 

 

 

07/12/2014

le foot fifa : langage universel ?

 Partout où je vais on ne parle que de foot, sport universel des pauvres comme des riches. Avec des incompréhensions . Lors de la dernière coupe du monde de football Fifa (Juin 2014) par exemple, les Brésiliens ont beaucoup souffert de l'incurie de leur propre équipe : du 1er match à cette demi-finale perdue 7 à 1 contre l'Allemagne, beaucoup voyaient la catastrophe arriver...

  Les brésiliens ont pleuré après cette déroute historique et certains ont brûlé le drapeau national. Chose impensable pour les américains qui ont regardé le « soccer » : 7 buts à 1 était un score normal pour eux, habitués à du spectacle, et une défaite ne peut engendrer autant de détresse si ce n'est en play-off (et encore avec les systèmes de 7 matchs comme au basket ça passe) ; par contre ils ont été horrifiés de voir les Brésiliens brûler leur drapeau ! Tout simplement impensable pour les Nord-américains : ce fut le principal débat qui anima cette soirée aux USA.

 Et du football on va en baver en France d'ici 2016 avec l'organisation de l'EURO 2016, en France … j'ai découvert qu'il existait même un jeu, très réaliste, dédié à l'univers du football : FUT (Fifa Ultimate Team) ou fifa 15. J'ai regardé de plaisantes vidéo sur Youtube où les matchs sont joués et commentés en direct par les « gamers » : tout y est presque parfaitement simulé, des mouvements des joueurs, à leur respiration, le stade, le public et même la pelouse se dégrade durant le match... Les joueurs dans le jeu ressemblent physiologiquement quasi-parfaitement à leur modèle réel, c'est assez bluffant. On parle même d'Intelligence Artificielle évoluée dans ce jeu).

 Le rythme des parties est endiablé : vous me croirez ou pas mais j'ai regardé un peu par hasard le dernier match entre le Real Madrid et Barcelone, et bien il me semble que le rythme était le même, on se serait cru dans ce jeu video FUT 15 (des joueurs semblant inépuisables, des actions sans arrêt, aucun temps mort ou presque...épuisant. J'étais resté à l'époque Platini de mon enfance et ça m'a changé. On dirait tout simplement que l'on est dans un jeu vidéo)

 Si dans ce jeu, le réel influence évidement le virtuel , jusqu'où ce dernier pousse t-il le réel, peut-on se demander ?  Les "gamers" qui sont souvent des supporters de foot, poussent-ils les joueurs de foot à performer comme dans les jeux ? Car des questions éthiques peuvent se poser quand on voit de telles performances athlétiques.

A suivre

 Il existe nombre de sites qui parlent de FUT 15 : www.star2fut.fr , http://fr.wikipedia.org/wiki/FIFA_15 , http://www.scoop.it/t/foot-fifa et moultes vidéos et messages sur les réseaux sociaux.

 

Et donc 2016 sera l'année foot par excellence en France... Nous verrons bien si les joueurs ont continué à devenir des avatars de jeux vidéos

 

19:05 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

03/12/2014

La bordure du bassin avec système ECOLAT pour la piscine

petite note en passant (d'autres arrivent) : elle concerne ceux qui devront s'occuper de leur piscine (pas tout le monde donc) :

 

ECOLAT est un système qui sert à faire les bordures des piscines, il est constitué d’une planche souple de 20 cm en largeur, disponible soit en rouleau de 30 mètres soit en barres de 5 mètres, et des pieux de 0.4 et 0.8 mètres.

 

Lors de son installation prévoyez un écartement de 0.5 mètres entre deux piquets, assurez vous que le niveau des piquets reste le même autour de la piscine, si vous voulez faire des courbes, ne faites aucun changement de niveau. Cette mise en œuvre demande une grande précision pour ne pas permettre la moindre déformation de la bâche qui passe au dessus de l’eau.

 

Certains professionnels utilisent le laser pour définir une ligne de repérage mais cela reste parfois inutile surtout au bord de la lagune où le niveau doit être un peu abaissé. Rien n’est compliqué il suffit de fouiller une fosse dans la zone en question après détacher la planche des piquets puis les appuyer et les rattacher à la latte et finalement remplir la fosse.

 

21:04 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)

06/11/2014

Acheter social, solidaire et peu onéreux près de chez vous

 En me baladant sur Internet notamment sur les sites de commerce équitable, j'ai trouvé la note ci-dessous dont la démarche semble intéressante pour tous ceux qui souhaitent trouver des magasins traditionnels à proximité de leur domicile.

 

L'Association Nationale de Développement des Épiceries Sociales et Solidaires
a pour objectif, à travers les associations qu'elle fédère, de donner la possibilité aux personnes en difficulté financière de faire leurs courses dans un lieu le plus proche possible d'un magasin traditionnel. Choisir les produits de qualité qu'elles souhaitent consommer, replacer ces personnes dans un contexte de consommateurs en leur rétrocédant des produits pour un montant d'environ 80% inférieur au prix public habituel.

 

Exemple d'une épicerie solidaire :
"L'épicerie solidaire de Bourg en Bresse,
Au marché conté, accueille près de 70 familles par mois.
Nous avons rencontré Sabine Clapisson, conseillère en économie sociale et familiale
Au marché conté avec le soutien des bénévoles.
Elle accueille les personnes, leur explique le fonctionnement et établie leur carte d'accès. Sabine Clapisson leur propose un temps d'accueil une fois les courses réalisées pour se poser, échanger mais aussi parfois "vider leur sac", dire ce qu'elles ne peuvent pas dire à d'autres, comme à leurs enfants.
"
L'objectif des discussions de l'accueil est aussi de repérer les personnes en grande difficulté au niveau de l'alimentation, de la santé ou de l'emploi. Une mise en lien avec les structures existantes leur est proposée. ", précise-t-elle.
Au niveau de l'alimentation, elle dispense des conseils, propose aux personnes de participer à l'atelier cuisine. Elles peuvent aussi prendre des recettes, c'est alors l'occasion de parler de leurs achats." 

Plus d'informations http://www.epiceries-solidaires.org

 

 

23:41 Publié dans solidaire | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2014

L’indonésienne profusion végétale

 Vegetation is rich in the Indonesian archipelago. Volcanic earth, sun warm and monsoon rains are feeding fruits, flowers and trees in Paradise abundance. Vegetation life gives your mind a sort of optimism, a paramount sentiment. You are eager to admire the strength of trees, the graciousness of bamboo, to smell flowers and be pleased by their fragility and colours, to devour fruits and to soak up their juice.

indonesie.png Des fruits, des fleurs, des arbres vigoureux, la végétation pousse et s’épanouit à Bali comme à Java, aux Célèbes et dans les îles. La terre volcanique est riche en minéraux, la pluie abondante et l’humidité marine autour de l’archipel alimentent les plantes. Plus de 42 000 espèces végétales y naissent, dont 20 000 orchidées différentes qui occupent toute une commission d’Anglais de la British Horticultural Society, fondant d’émotion devant une fleur plus que devant un être humain (pas de gêne sociale pour les fleurs).

   Les forêts sont plus ou moins étendues selon les îles, plus ou moins touchées par le grand incendie de 1997 aussi. Java très peuplée, et depuis longtemps, ne compte que 10% de sa surface en forêts, tandis que Sumatra en compte 40% et Kalimantan près de 60%.

 Ces forêts ont des formes diverses, pluviale, de conifères, de mousson, jusqu’aux exploitations de tek à l'est de Java. Sur les côtes des Célèbes (Sulawesi) et de Sumatra, la mangrove agrandit les terres émergées. Sur les îles proches de l'Australie règne la savane. En Nouvelle-Guinée, une zone alpine depuis 3 000 m jusqu’à la limite des neiges éternelles ressemble à celle d'Europe.

 Les arbres les plus souvent rencontrés sont le palissandre, le camphrier, le marronnier, le tek, le banyan, la casuarina, l'ashoka, le frangipanier, le caroubier, le tulipier, toutes sortes de bambous et de bananiers et les fougères arborescentes. Ce qui, en nos contrées, se trouve en pots d’appartement chez les fleuristes pousse ici à l’état naturel pour une race de géants

 Les montagnes javanaises sont couvertes de pins, de lauriers, de myrte odorant et d’une espèce locale d'edelweiss qui laisse pantois les Suisses. Les fleurs des vallées sont surtout des cytises, jasmin, rhododendron, hortensia, eucalyptus, bougainvillée, hibiscus et bien d'autres.

 C’est en Indonésie, à Sumatra, que l’on rencontre la plus grande fleur du monde, Rafflesia arnoldii, d’un mètre de diamètre et d’un poids de 7 kg ! Sans feuilles ni racines, elle parasite la liane Cissus et pousse sur elle. Le promeneur peut trouver aussi d'innombrables plantes carnivores, mais il faut marcher pour cela, ne pas se contenter des bus.

foret.png Les plantes cultivées sont nombreuses, riz, caoutchouc, girofle, cannelle, poivre, muscade, café, cacao, gingembre, vanille, soja, igname, tabac, manioc, maïs, piment, cajou, arachide, canne à sucre. Tout comme les fruits innombrables, appétissants et

 Cette vivacité végétale, cette vigueur tranquille, vous rend optimiste par contagion. Est-ce le secret de l’immortalité ? S’il est un lieu au Paradis terrestre, il se situe en Asie et, très probablement dans cette Indonésie florissante et viride, comme Rimbaud (qui séjourna à Java) le disait des tiges du pois. Abreuvée et bien nourrie, chauffée comme il se doit, la nature végétale prend ici tout son essor !

 

21:25 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)